Policier mis en examen

Imprimer

Les flics dans le panneau de l'exploitation politique

Tout au long de mon dernier ouvrage sur la police (lire : Police : l'envers du décor. Ed Jean Claude Gawsewitch) , des dizaines de policiers expriment les raisons du malaise qui les étreint depuis plusieurs années : l'exploitation régulière de leur travail à des fins politiciennes; la hiérarchie, de la plus haute à la moindre, qui les abandonne souvent en rase campagne; une partie de la population qui ne les aime pas, alors qu'eux-même dénoncent certaines des missions qui leur sont assignées, provocatrices de frictions avec les habitants de certains quartiers; leur utilisation régulière comme  agents électoraux. "Qu'un homme politique se serve de sa fonction de ministre de l'Intérieur pour accéder à l'Élysée, m'a dit l'un d'entre eux, on s'en tape ! Mais qu'il se serve de notre sueur, de nos victoires, mais aussi de nos malheurs pour faire sa pelote, c'est trop !".

Sauf que, le jeudi 26 avril certains d'entre eux, entre tiraillements internes au sein de l'un de leurs syndicats, extrême politisation des responsables nationaux d'un autre, prêts à tout pour "sauver le soldat Sarkozy", et les mots d'ordre diffusés toute la journée par le FN, dans les commissariats (" Il faut bouger maintenant !"), sont tombés dans le panneau qu'ils dénoncent et qu'ils veulent combattre...