Chaises musicales à Marseille

Imprimer

La fausse bonne idée Lothion

Remplacer Alain Gardère, actuel Préfet délégué à la sécurité dans la cité phocéenne, par Christian Lothion, titulaire du poste de directeur central de la police judiciaire (DCPJ,) aurait au moins un avantage pour le ministre de l'Intérieur : dégager ce dernier de son fauteuil de patron de la PJ au niveau national, sans faire de vagues. Ce jeu de chaises musicales, destiné à faire bouger les lignes du dossier marseillais, est l'un des schémas dessinés par certains, à la veille du Conseil interministériel prévu demain à cet effet. Officiellement, Christian Lothion n'a pas démérité, il a encore moins à se reprocher. Quoique... les placards du ministère de l'Intérieur ont toujours été remplis de vieux dossiers bien gluants, susceptibles de coller aux basques de tel ou tel... Mais on retiendra tout de même que c'est sous la direction de M. Lothion que Michel Neyret a dérapé, sans que son supérieur hiérarchique (et son appareil) ne se rende compte de rien. Et pourtant, voici quelque temps, la DCPJ, considérant que les outils habituels de contrôle de la police ne suffisaient pas, avait créé une mini "cellule" chargée de prendre régulièrement le pouls des différents services de PJ, afin de parer à toute éventualité. Raté ! Et puis, à force de mettre la pression à ses différents services pour obtenir les résultats réclamés à cor et à cri par les ex-Présidents de la République et ministre de l'Intérieur, un DCPJ doit se douter qu'un tête-à-queue est toujours possible. Même quand on se désolidarise d'un ancien copain en catastrophe...
Quoi qu'il en soit, Christian Lothion n'a pas grand-chose à gagner à accepter une casquette de Préfet délégué car, vu son âge, le temps d'être titularisé dans la préfectorale, de l'eau aura coulé dans le vieux port ! Enfin, aura-t-il assez de charisme pour faire travailler ensemble les Marseillais de la sécurité publique et ceux de la PJ ? Certains en doute, prédisant qu'il mettra la seconde en avant, alors que tous doivent être remobilisés...