Suicides

Imprimer
«Ce dont je me souviens c'est du goût de mon arme dans ma bouche. On se souvient toujours de ce goût.» Le témoignage de cette jeune flic est glaçant. «Manger son flingue»... l'expression est apparue dans la littérature policière américaine ces dernières décennies.

alt

En France, le blues des flics n'est pas nouveau. En 1997, un article du Monde évoquait déjà les dérives de certains policiers qui choisissaient le suicide. L'année 2014 a atteint des records avec la mort volontaire de 55 policiers. Et les gendarmes ne sont pas en reste : en 2013, vingt-trois d'entre eux se sont suicidés !

En avril 2015, l'important dispositif du plan Vigipirate fait virer au rouge la situation des policiers français. Dans les CRS, le mécontentement est palpable. Dans certaines régions les gardiens de la paix s'expriment avec la seule arme qu'ils ont, puisque leur statut spécial leur interdit le droit de grève : l'arrêt maladie. Des dizaines de policiers se font porter pâle. Certains sont au bord du burn-out et de l'irréparable...

Quelles sont les raisons de ce ras-le-bol ? Pourquoi ces hommes et ces femmes se donnent-ils la mort ? Que fait l'État pour enrailler le phénomène ? À travers de nombreux témoignages bouleversants, Alain Hamon répond à ces questions et dresse un constat implacable de l'état de la police en France.