Nepita pour CREDO

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Inscription à la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse publiée au JO du 14 novembre 1997

Famille disparue de Nantes :

Envoyer Imprimer PDF

Les réseaux sociaux et la relation père - fils au  centre de l'enquête

Les hommes de la police judiciaire de Nantes, saisis par le parquet local de l'enquête pour «homicides volontaires, enlèvements et séquestrations», mènent d'intenses recherches pour retrouver Sébastien Troadec (21 ans) le fils  de Pascal Troadec (49 ans), le père de famille disparu en même temps que son épouse, sa fille... et son fils.

Dès les premières heures de ses investigations, la PJ avaient constaté que, si les deux voitures utilisées par le couple étaient garées à proximité de leur domicile, il manquait à l'appel celle du fils. Mais celui-ci n'habite plus chez ses parents et poursuit ses études dans le Maine-et-Loire. Cependant, selon les enquêteurs, une perquisition à son domicile n'a rien donné.
Pour autant, c'est bien à lui que la police s'intéresse le plus. Selon certaines informations, il semble que Sébastien Troadec ait été très actif sur les réseaux sociaux avant l'annonce de la disparition de toute la famille Troadec. Ainsi, une jeune fille qui entretenait un dialogue habituel avec lui sur Skype a-t-elle déclaré que leur dernier contact avait eu lieu le 16 février dernier, en précisant : « Depuis, plus de nouvelles ». Pourtant, tôt dans la matinée de ce dimanche 26 février, d'étranges messages ont été échangés sur un forum de discussion réservé aux 18-25 ans. Selon l'un d'entre eux, Sébastien Troadec, sous le pseudonyme de « Sebi», se serait plaint récemment de la mauvaise relation que son père entretenait avec lui. Un autre échange entre habitués de ce forum (aussitôt supprimé du site par les modérateurs de celui-ci, qui auraient prévenu les autorités) laissait semble-t-il à penser que l'un des intervenants avait échangé de nombreuses fois avec « Sebi » et que les termes d'un des message du correspondant de ce dernier laissait peu de doute sur ce qui s'était passé à Nantes et les raisons du drame... La police judiciaire s'intéresse donc d'arrache pied - mais avec circonspection - à ces échanges Internet, tant les enquêteurs savent que tout et n'importe quoi peut s'y écrire. Une raison supplémentaire pour tenter de retrouver, hormis celle du reste de sa famille, la trace de Sébastien Troadec, s'il est encore vivant...

 

IDENTIFICATION ABONNÉ

Vous êtes ici : ACCUEIL